Blog de nav

Ce blog est destiné à nos proches, à nos amis et à tous les passionnés de navigation et de grand voyage. Nous donnerons de nos nouvelles dès qu'un spot wifi sera à portée d'antenne. N'hésitez pas à nous laisser un message. Notre localisation (lorsque le voilier est en mouvement) est indiquée par le petit bateau bleu.


Jacaré et le Paraiba

C’est aujourd’hui le 21 avril, fête nationale du Brésil, date de l’exécution (en 1792) de Tiradentes, qui a contribué à l’émancipation de la lointaine colonie de la tutelle portugaise. Pour en savoir davantage :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Joaquim_Jos%C3%A9_da_Silva_Xavier

Le Paraíba est un petit état brésilien situé sous la pointe orientale du continent sud-américain qui doit son nom au fleuve qui l’irrigue. Ici, nous sommes plus prêts de l’Afrique que des frontières sud ou ouest du Brésil. Pour vous donner une petite idée des distances, Manaus (en Amazonie) se trouve à 4500 km, Rio de Janeiro à 2400 et Porto Alegre à 3800 ! Il vaut mieux se déplacer en avion dans cet immense pays, à moins d’aimer très fort le bus et les courbatures provoquées par les longues heures de route.

Contrairement à 90 % des bateaux qui foncent au plus vite vers les Caraïbes, nous avons préféré faire une première traversée plus courte et bénéficier ensuite de l’alizé et du courant qui portent vers la Guyane et les petites Antilles.

C’est ainsi que nous sommes ainsi arrivés sur notre Mindelo à la marina de Jacaré, une marina fondée et gérée par des Français (Jacaré signifie crocodile, mais rassurez-vous, hormis quelques statues, les alligators ont déserté les lieux !).

Événement en navigation : en Amérique, les couleurs des bouées sont inversées : au lieu de laisser le rouge à bâbord et le vert à tribord, comme cela se passe en Europe, on fait l’inverse. Petit stress en arrivant devant l’estuaire : nous avions le soleil dans les yeux et n’arrivions pas bien à distinguer les couleurs, mais Œil de Lynx (Nathalia) a vu clair et nous avons pu suivre le large chenal fluvial qui mène jusqu’à la marina.

Arrivant en fin d’après-midi, nous avons doublement joui du spectacle de la rencontre du fleuve et de l’océan dans la magie de la lumière, des courants, longeant l’île de La Restinga et découvrant l’étendue impressionnante de la mangrove qui abrite un eco-système d’une grande richesse.

Au moment de jeter l’ancre devant la marina, nous avons assisté AU spectacle de Jacaré, que nous connaissions par ouï-dire. Malgré la concentration qu’exige toute manœuvre, nous avons aperçu beaucoup de monde sur la rive et entendu le fameux saxophoniste jouer le Boléro de Ravel sur sa barque devant le coucher du soleil. Arrivée romantique quoi qu’on en dise, même si le kitch de la situation ne nous échappait pas.

Nous avons été contents de découvrir les belles installations de la marina spacieuse et aérée, qui offre l’ombre et la fraîcheur qu’on apprécie tant dans ce pays chaud, parfois très chaud !

C’est là que nous goûtons, la nuit tombée, notre première caïpirinha, la boisson brésilienne par excellence à base de rhum et de citron vert alcooliques s’abstenir ! On aime les bons plats cuisinés par Nicolas, la lavandière qui aime ce qu’elle fait et les rencontres ou les retrouvailles : Nathalie et Philippe sur leur nouveau Sun Magic, rencontrés à Monastir il y a longtemps, Leymi et Louis sur Mora-Mora, vus aux Canaries à El Hierro et aussi à Mindelo, Yves sur son Petit Monstre, Patrick le bruxellois, qui a déjà navigué autour du monde, Imelda et Philippe sur Pilhaouers, Anne et Stéphan, d’autres bruxellois, sur leur superbe Garcia 64, qui arrivent de Cap town, et beaucoup d’autres encore. Jacaré se trouve en effet au confluent des routes Europe/Brésil, Afrique du Sud/Caraïbes, Argentine/Caraïbes, et rares sont les bateaux qui n’y font pas une halte, plus ou moins longue.

Pour nous protéger du soleil et de la pluie, qui alternent ici durant l’automne austral, nous nous sommes fait confectionner deux tauds. Christoph, le sailmaker allemand du Rio, est rapide, soigneux et pratique plutôt une tarification européenne. C’est assez réussi, mais, après quelques pluies très abondantes, il a fallu revoir la tension. La saison des pluies a en effet commencé (il y a heureusement d’assez longues interruptions) et, certains jours après la mi-avril, il était difficile de descendre à terre, tant les averses étaient serrées.

João Pessoa, la capitale de l’état du Paraíba, une ville de près de 800 000 hbts, est à l’échelle du Brésil, une petite ville (São Paulo compte 12 millions d’âmes !). Comme beaucoup de villes brésiliennes qui doivent faire face à un exode rural important, la ville est en pleine mutation : de vieux immeubles témoins d’un autre temps et voués à la démolition côtoient des bâtiments modernes, de très belles églises et un quartier résidentiel Tamb, où des tours à l’américaine poussent comme des champignons.

Plus de détails ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jo%C3%A3o_Pessoa

Pour terminer, Jacumã, la dernière étape de notre voyage à Recife (ce sera notre dernier reportage). Notre petit hôtel face à l’océan.

Michèle

A propos de Michèle

  •  
  • Facebook

2 commentaires

  •    Répondre

    Chers Michele et Patrice,

    Encore un beau voyage grâce aux photos et commentaires : que de couleurs qui doivent sous le soleil rimer avec gaieté ! Merci !!
    J’espère que la pluie ne tombe pas trop souvent et que vous pouvez encore profiter pleinement de ce séjour.
    Je vous embrasse bien affectueusement,

    Martine

  •    Répondre

    Coucou les retraités,

    tout ça m’a l’air très sympathique malgré qu’il semble qu’ils mettent plus de pognon dans la rénovation des églises que dans celle des habitations … ou bien des ponts pour les jeux olympiques (y en a un qui vient de s’effondrer à Rio !).

    Merci pour toute les récits et photos qui nous permettent de vous suivre et de déduire que vous allez bien … que vous n’avez pas chopé une des quelques maladies exotiques qui doivent exister dans ces contrées.

    Au fait maintenant que vous êtes au Brésil, comme fait-on pour vous joindre ?
    Sur Skype que je regarde de temps en temps, je ne vous vois plus connectés …

    A bientôt
    Bisous
    Vincent

Un petit mot de votre part ?

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading