Blog de nav

Ce blog est destiné à nos proches, à nos amis et à tous les passionnés de navigation et de grand voyage. Nous donnerons de nos nouvelles dès qu'un spot wifi sera à portée d'antenne. N'hésitez pas à nous laisser un message. Notre localisation (lorsque le voilier est en mouvement) est indiquée par le petit bateau bleu.


Fernando de Noronha, le prix du rêve

Petit archipel rattaché à l’état de Pernambouc, les îles Fernando de Noronha sont posées sur l’eau à moins de 4° au sud de l’équateur et à environ 400 km du phare de Calcanhar, celui qui marque la pointe NE du Brésil. Là, la température de l’eau flirte avec les 30°, à peine moins que la température de l’air et, quand il pleut et qu’on se baigne, on ne ressent aucune différence !

Îles de rêve, paysages grandioses, plages paradisiaques, eaux turquoises, sable limpide, animaux protégés, pression touristique limitée, des plongées à couper le souffle, tortues, requins, dauphins… En un mot, les Galapagos de l’Atlantique !

Pour compléter : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fernando_de_Noronha

Tout n’est pas rose cependant. On est taxé, énormément taxé. Dans ce lieu qu’on affirme vouloir préserver, l’écologie permet tous les excès, alors qu’elle n’est pas au top sur tous les points.

Exemple : Pour avoir le droit d’ancrer, sans bénéficier de la moindre protection, nous avons payé 680 R$ (soit 170 €) pour 3 jours, beaucoup plus que pour s’abriter dans une marina de l’Atlantique parfaitement équipée. Oui mais, il n’y a aucune bouée à notre disposition (celles qui existent sont squattées par les locaux) et nos ancres labourent les fonds. Qui se soucie de l’environnement ?

Autre exemple : Une taxe environnementale de 454 R$ (soit 114 €) est perçue pour 4 personnes, mais le moyen de transport local est le buggy, un truc à grosses roues qui pétarade tous azimuts et doit consommer autant qu’un tracteur, et il y en a à la pelle. Aucun véhicule électrique. Souci de l’environnement ?

Quand on a payé 284 € pour à peine 3 jours, on se dit qu’on va pouvoir jouir des trésors de l’île. Que nenni ! Les fameux trésors sont inclus dans un Parc national marin clôturé et gardé par une pléthore de fonctionnaires zélés, et vous devez vous acquitter encore de 178 R$ par personne (soit 45 €) pour entrer (2 ou 10 jours, c’est le même tarif), ce qui porte la facture totale pour un séjour de 3 jours pour 4 personnes à plus de 460 €, juste pour avoir le droit d’être là. Alors, nous avons oublié le Parc, ce qui vous prive sans aucun doute de belles photos.

Le percepteur s’excuse (ou fait semblant de s’excuser) de nous demander autant ; il n’y peut rien, nous explique-t-il, il fait son boulot…

Vous l’avez compris, malgré la beauté des lieux, mieux vaut ne pas s’éterniser ici et, si vous rêvez d’un lieu de vacances sous les tropiques, vous en trouverez de bien moins onéreux. D’ailleurs, beaucoup l’ont compris : nous n’étions que 3 voiliers au mouillage et, lorsque nous sommes partis, il n’en restait qu’un seul.

De telles pratiques ne mettent-elles pas cause la survie de ces îles ?

En complément le blog de Nathalia et Vincent (en train de parcourir le Brésil), qui vous ramènera quelques semaines en arrière.

Michèle

A propos de Michèle

  •  
  • Facebook

1 commentaire

  •    Répondre

    Chers Michele et Patrice ,

    Quelle aventure avant votre arrivée sur le sol brésilien ! Comme les paysages sont beaux, contrastés, mer et montagne ! Que de découvertes et d’expériences inédites ! Merci de les partager : le soleil, toujours présent et même en images réchauffe la grisaille d’ici.

    Je vous souhaite de prochaines journées agréables et vous fais de gros bisous,

    Martine

Un petit mot de votre part ?

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading