Blog de nav

Ce blog est destiné à nos proches, à nos amis et à tous les passionnés de navigation et de grand voyage. Nous donnerons de nos nouvelles dès qu'un spot wifi sera à portée d'antenne. N'hésitez pas à nous laisser un message. Notre localisation (lorsque le voilier est en mouvement) est indiquée par le petit bateau bleu.


Autres visages de Sainte-Lucie

Voir notre article du 08.01.2018 sur Sainte-Lucie. Nous ne répéterons pas ici tous les lieux que nous avons fréquentés la saison dernière, sauf pour y ajouter éventuellement des compléments ou des éclairages différents.

Rodney bay, une escale quasi obligée avant de rejoindre la Martinique. Ça se veut haut de gamme (les tarifs de la marina, dissuasifs, n’aident pas au remplissage), mais on sert des bières en bouteille à boire au goulot, la fameuse « Piton », une bière locale pas vraiment goûteuse, les serveurs sont indolents et il n’est pas facile de trouver un spot wifi qui fonctionne. Le 17 novembre, il y avait même un black-out total sur le nord de l’île. L’ARC (le rallye transatlantique), qui déverse ses 300 bateaux fin novembre, a gâté les consciences. Au mouillage, on subit les vagues des bateaux à moteur qui sortent du chenal en accélérant.

Seuls points positifs : la protection de la baie ou de la marina et la facilité avec laquelle on peut effectuer les formalités (40 EC$).

Castries, la capitale située à 20 km, est accessible par un petit bus (2,75 EC$ le trajet). La ville doit son nom à un ministre de la marine et des colonies de Louis XVI, dont la statue trône dans les jardins King Georges V. La ville vue sur mer offre l’image d’un immense bassin vide, hors un paquebot américain à quai. Le reste est hétéroclite : des masures côtoient des buildings ou des maisons coloniales ou néo-coloniales. Taïwan semble s’être imposé comme sponsor n°1.

Les Pitons, deux cônes de 7 à 800 m de hauteur, situés dans un parc maritime classé par l’UNESCO et situé au SW de l’île, sont les symboles de Sainte-Lucie. On doit y payer les services d’un boat-boy pour amarrer le bateau sur bouée en face du bourg (généralement 30 EC$), puis les rangers de la SMMA (Soufriere marine management area), qui contrôle la réserve marine, déboulent pour encaisser la nuitée (54 EC$). C’est presque aussi cher qu’une marina, mais le cadre est pittoresque. Seul bémol : la houle d’est qui contourne l’île par le nord peut provoquer du roulis.

Les boat-boys gagnent leur vie en allant chercher les bateaux qui passent très loin au large (6 ou 7 km de leur base, parfois). Il leur arrive de se disputer une proie, mais, dans l’ensemble, ils ont un comportement amical, qui n’a rien de comparable à ce que j’ai pu lire sur d’autres blogs.

Quelques attaques et vols dans les années passées, un crime même en 2014, ont détourné nombre de plaisanciers de ces lieux considérés comme mal famés. Mais on continue de visiter Marseille ou Rio, malgré les règlements de comptes qui ont lieu en pleine rue, et il semble que le gouvernement saint-lucien ait pris les choses au sérieux. Il serait dommage de se priver de ce merveilleux mouillage !

Il est possible d’accomplir les formalités d’entrée ou de sortie à Soufriere (sans accent) ; mais ici c’est du formulaire manuscrit. Comme le vol d’annexe a longtemps troublé la quiétude des plaisanciers, le mieux est de laisser son annexe suspendue au portique et d’utiliser un water-taxi (40 EC$ pour 3 personnes l’AR vers le bourg).

Beaucoup de noms français renvoient à une occupation française alternée entre 1660 et 1814 : Malgretoute, Terre blanche, Vieux-Fort, Choiseul, Fond doux, Ravineau, Coubaril, Anse l’Ivrogne… ; c’est souvent très imagé.

À l’extérieur de la ville, un très bel écrin abrite un parc botanique et une cascade (entrée 35 EC$ pour 2 personnes).

Michèle

A propos de Michèle

  •  
  • Facebook

2 commentaires

  •    Répondre

    Chers Michele et Patrice,

    Merci beaucoup pour toutes ces explications et descriptions et aussi pour les photos : que de couleurs partout et une si belle végétation !
    Profitez bien de toutes vos découvertes et visites !
    Bonne navigation future, gros bisous,

    Martine

  •    Répondre

    Coucou vous deux !
    On suit, … on suit …
    Merci aussi pour les explications, je me suis demandé durant 3 photos quel était le rapport entre Georges V et La Croix de Lorraine rose/mauve …
    Vous avez l’air en forme !
    Bises

Un petit mot de votre part ?

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading