Blog de voyage

Ce blog est destiné à nos proches, à nos amis et à tous les passionnés de navigation et de voyage. N'hésitez pas à nous laisser un message. Pour les vidéos et les documents techniques ou de navigation, se reporter à la rubrique "Croisière océanique".


Alhéna

L’heure est venue de vous présenter Alhéna (ex-Alhena one, immatriculé à Malaga 7-MA-2-65-09), notre nouveau coursier des mers. Première prise de contact le 15 juin 2021 à Alicante avec le bateau et son propriétaire, Adolfo, un madrilène d’origine alicantaise.

Mindelo devait être le dernier et nous l’avons vendu à regret à Pointe-à-Pitre, en laissant tout à bord, comme si un point final était posé. Après ces 18 mois passés sous le signe de la Covid, les milliers d’heures que nous avons passées à bord de nos bateaux nous sont revenues et nous nous sommes dit qu’un voilier nous rendrait tout de même la vie plus agréable et les voyages plus faciles.

Le temps nous le dira…

Alhéna, son nouveau nom à quelque chose près, est un Oceanis 423 des chantiers Bénéteau (le plus grand constructeur mondial de bateaux de plaisance) construit environ 600 en exemplaires (chiffre qui n’apparaît nulle part). Les connaisseurs disent qu’avec le 411 construit en 1200 exemplaires auquel il a succédé en 2004, c’est le meilleur voilier jamais construit par le chantier Bénéteau.

Aussi ne court-il pas les petites annonces et, quand on est loin de la côte et que la Covid complique singulièrement les déplacements, il n’est pas simple d’en trouver un qui reste longtemps disponible. Je suppose que la pandémie a entraîné vers la mer beaucoup de néo-plaisanciers, qui sont venus grossir le nombre de ceux qui voulaient changer de bateau. Alicante était toutefois suffisamment loin du sol français pour mettre Alhéna à l’abri des convoitises bretonnes ou même provençales.

C’est un très beau bateau ; il a été bien soigné et a plutôt bien vieilli – j’allais dire : pour un Bénéteau… par comparaison aux Wauquiez construits pour durer. En fait, cette construction de nature industrielle, à la configuration conventionnelle (1 cabine de proue, 2 à la poupe) m’a très agréablement surpris : lignes harmonieuses, cockpit spacieux, mobilier de qualité, coffres et rangements impressionnants, nombreux ouvrants… et le premier et le seul visité a été le bon.

Caractéristiques : longueur de coque 12,64 m (Mindelo 13,03 m ; longueur hors-tout 13,09 m (Mindelo > 14 m ; largeur 3,90 m (Mindelo 4,16 m) ; tirant d’eau 2,10 m (Mindelo 1,80 m) ; poids lège 9 t (Mindelo 13 t) ; gréement de sloop avec génois sur enrouleur et grand-voile enroulée dans le mât (Mindelo gréement de ketch, 2 mâts, avec génois sur enrouleur, trinquette, grand-voile full batten et voile d’artimon) ; cockpit arrière (Mindelo cockpit central) ; moteur 54 CV (Mindelo 60 CV).

Tout cela indique que le bateau naviguera plus vite, mais qu’il faudra réduire la voilure plus tôt. Difficile d’en dire davantage, étant donné que nous n’avons pu faire qu’une mini-croisière de 20 MN à demi au moteur vers Tabarca, une île au sud d’Alicante.

Mindelo, malgré ses immenses qualités, était un voilier conçu dans les années 70 (quoique datant de 1982) et à peine modifié par la suite ; Alhéna est un voilier des années 2000 (en réalité 2004) qui a bénéficié du succès et de l’excellente expérience de l’Oceanis 411 (1997-2004) et qui a été soumis aux nombreuses normes qui ont assailli la navigation de plaisance depuis 20 ans.

Alhéna a quelques gros manques : il a été équipé pour faire de petites croisières en Méditerranée (en fait, il a commencé son existence à Malaga, l’a poursuivie à Valence et est venu récemment à Alicante avec, pour aire de navigation saisonnière, Les Baléares, situées tout près. Pour aller plus loin, il va falloir ajouter pas mal de matériel et donc pas mal d’euros : il faut remplacer les haubans et les vannes, faire l’acquisition d’une nouvelle ligne de mouillage, ancre comprise, adapter le matériel de sécurité, accroître la production énergétique, remplacer l’électronique vieillissante… Bref, il y a de quoi s’occuper de nouveau.

Pour les premiers travaux, il restera à Alicante, et puis nous descendrons probablement plus au sud : Gibraltar, Portugal, Maroc, Madère, Canaries…, quand les travaux et la Covid le permettront.

Voilà, comme tout le monde, nous connaîtrons déceptions et mauvaises surprises (ceux qui achètent des bateaux neufs n’en manquent pas non plus), mais, pour le moment, c’est plutôt l’enthousiasme, même pour Michèle, qui sort de l’hôpital et a pourtant déjà le jet d’eau, le balai-brosse, les produits x et y en main.

Dernier point : Alhéna sera immatriculé sous LH (Le Havre).

Pour ceux que le futur et le futurisme intéressent (on est loin d’Alhéna!) : https://www.hanstaiger.com/

Alicante fera l’objet d’un autre article.

1 commentaire

  •    Répondre

    Chers Patrice et Michele,

    Merci ! Lecture intéressante, mais vu que je ne connais pas grand’ chose aux équipements d’un bateau, je remarque surtout l’esthétique d’Alhena. C’est vraiment un bateau élégant ! Les nombreuses photos permettent de bien le visiter virtuellement. Je vous souhaite beaucoup de plaisir à bord et dans Alicante. A bientôt, bisous. Martine

Un petit mot de votre part ?

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading
Aller à la barre d’outils