Blog de nav

Ce blog est destiné à nos proches, à nos amis et à tous les passionnés de navigation et de grand voyage. Nous donnerons de nos nouvelles dès qu'un spot wifi sera à portée d'antenne. N'hésitez pas à nous laisser un message. Notre localisation (lorsque le voilier est en mouvement) est indiquée par le petit bateau bleu.


St Vincent : Wallilabou, Young island, Chateaubelair

Voir notre article du 01.01.2018 sur Saint-Vincent.

À Wallilabou bay sur la côte occidentale de St Vincent, nous y sommes allés l’année passée en voiture pour la clearance. Pas donnée d’ailleurs cette clearance : 140 EC$ pour le bateau et 3 personnes ; et, quand on revient de Carriacou (Grenade), on repasse à la caisse, cette fois pour 185 EC$.

À l’arrivée, Smily, avec sa barque bleue et rouge, nous accueille dans ce cadre pittoresque et procède à l’amarrage du bateau proue et poupe (40 EC$ pour 2 jours pour la bouée + 40 pour le marinero). Ensuite arrive l’habituelle kyrielle de barques des vendeurs (fruits, légumes, colliers, bracelets, poisson, etc.). John, le marchand de légumes un brin cocaïmomane est présenté comme « bad guy » par Smily ; nous nous apercevrons plus tard que ― au-delà de la lutte des clans locaux ― il n’avait pas tout à fait tort.

Le premier « Pirate des Caraïbes » a été tourné en partie sur ce site. Rien que cela attire des foules de touristes venant de Kingstown, la capitale. Malheureusement, ce qui a été laissé par les Américains (bâtiments, appontement, éléments de décor, costumes…) n’est guère entretenu, faute de moyens, et tout part à vau-l’eau. Dans peu de temps, le petit musée ne sera plus que poussière.

Deux jours plus tard, nous sommes à la pointe sud de l’île de St Vincent, sous la protection de Young Island, car le tirant d’eau pour entrer dans l’enceinte corallienne du Blue lagoon varie d’un guide à l’autre. De toute façon, Blue lagoon, où nous sommes allés à pied, est agité par les vagues et les courants, et les bateaux tirent à longueur de journée sur leurs amarres ; et puis, en dehors d’un complexe hôtelier et de quelques pontons, il n’y a pas grand-chose à voir.

Entre Young island et Villa beach, c’est Sparrow (on ne sort pas de « Pirate des Caraïbes » !) qui amarre et c’est nettement plus cher qu’à Wallilabou (120 EC$ pour 2 jours). Les voyages en water taxis à 3, c’est aussi 40 EC$.

C’est une zone résidentielle sans grand intérêt du côté terre et les bungalows d’un resort « Paradise beach hotel » occupe l’île, qui dispose d’une belle plage. Entre les deux, des bouées pour les bateaux de passage. Pour se baigner, mieux vaut attendre l’étal des marées.

Blue Lagoon et Young island, c’est la Côte d’azur de St Vincent ! On y vit mieux que dans le nord, mais on peut en faire l’économie.

N.B. En remontant vers la Martinique, nous nous sommes arrêtés à Chateaubelair au nord de l’île ― bien situé pour faire la traversée vers Ste Lucie. C’est tout l’opposé de Blue Lagoon ! Une surprise : 6 bateaux au mouillage, alors que, ces dernières années, les bateaux de passage étaient rares pour cause de mauvaise réputation du lieu (nous y étions déjà, seuls, en 2017). Une bande de joyeux drilles, des enfants-ados, viennent aider les plaisanciers à trouver le bon endroit pour mouiller et ils en profitent pour vendre leurs fruits et autres services ; ils sont bien moins chers que les boat boys des autres mouillages de la côte et ont un bon comportement, pour peu qu’on les aide à gagner un peu leur vie. Les SDF en barque ou sur planche de surf prennent la suite (Mr Boyboy, entre autres) ; gentils, mais nettement plus collants. On s’en débarrasse avec de vieux objets. Une manière de nouer connaissance !

Un petit mot de votre part ?

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading
Aller à la barre d’outils